Signes non pour être complet, non pour conjuguer / mais pour être fidèle à son ‘transitoire’ / Signes pour retrouver le don des langues / la sienne au moins, que, sinon soi, qui la parlera ? H.M.

20 avril 2007

Ficarra e Picone

«Ficarra» et «Picone» sont les noms de scène des deux humoristes siciliens les plus célèbres du moment. Théâtre, télévision, cinéma, ils sont partout. Dans leur sketch intitulé «Siciliens», ils évoquent la Suisse. Tous les clichés y passent, mais transpercés de part en part, car les deux lurons ne s’en servent que pour forcer un peu plus le trait de leur propre caricature. L’extrait qui suit en donne une idée (bien pâle évidemment, puisque la substance est dans la performance). Il est tiré de Diciamoci la verità, Milano, Mondadori, 2005, p. 74-75 (traduction libre).

Ficarra (entrant le dos courbé et en grimaçant): Aïe, aïe, aïe, aïe, aïe… (S’asseyant avec peine) Aïe!
Picone: Fatigué?
Ficarra (surpris): Non, non. Aujourd’hui, ça va bien.
Un temps.
Ficarra (heureux): Je suis allé en Suisse.
Picone: C’est où, ça?
Ficarra (ennuyé) : Pfff… En sortant de l’Italie, la première à droite.
Picone: Et qu’est-ce que tu es allé faire en Suisse?
Ficarra: À ton avis, qu’est-ce qu’on va faire en Suisse? (Secouant la tête) Si quelqu’un dit: “Je suis allé en Suisse”, en général L’AUTRE comprend…
Picone: Et… L’autre, c’est moi? Et… Toi, tu es celui qui est allé en Suisse?
Ficarra (agacé): Par exclusion… On est deux, non?
Picone: Et qu’est-ce que tu es allé faire en Suisse?
Ficarra (énervé): J’ai trait une vache, regardé l’heure qu’il était, mangé un morceau de chocolat et je suis rentré! À ton avis, qu’est-ce qu’on va faire en Suisse?
Picone: Mais pourquoi est-ce que tu es aussi aggressif? Je ne sais pas, moi.
Ficarra (las): J’ai pratiqué l’évasion fiscale.
Picone: L’évasion fiscale?
Ficarra (baissant la voix): On ne peut plus garder ses sous ici, mon cher. Les impôts… Alors, on les amène en Suisse. Là-bas, ils sont comme dans leur habitat naturel. Ils paissent librement.
Picone: Et… Toi, tu leur as fait confiance?
Ficarra: Hein?
Picone: Tu leur as fait confiance, aux Suisses? (Stupéfait) Tu as pris tes sous et tu les leur as donnés? Sainte Vierge…
Ficarra: Ah! Mais attention! Je les ai photocopiés et j’ai gardé les originaux! Pour qui est-ce que tu me prends?!
Picone (soulagé): Ah bon, comme ça d’accord.

2 commentaires:

Phil a dit…

il me reste cette photocopie du temps où je n'étais pas encore suisse, mais égypien, ou plutôt enfant intégré au passeport égyptien de son père; la photocopie montre le passeport en arabe, avec deux photos, mon père et moi, en t-shirt bleu ciel avec un gros Titi jaune... bon, la photocopie est en N/B mais je me souviens très bien des couleurs de ce t-shirt, comme aussi des heures assis dans un coin de douane, chaque fois qu'il fallait passer la frontière en montrant ce passeport aux 2 photos; et je me disais comme ça que c'était à cause du Titi que les policiers nous gardaient, parce que c'était pas assez bien habillé pour entrer en Suisse; ensuite toute la famille a pris la nationalité helvétique et là, ça n'a pas été comme avec les deux humoristes, on n'a pas pu refiler des copies aux autorités, ils ont pris les originaux, père, mère, enfant

Anonyme a dit…

bonjour , j ai trouve votre blog par hasard je mapelle vincent picone est souhaite rentrer en contact ,je suis d avignon est mon pere est nee en san cono un village proche de catane , voici mon mail si ma curiosite vous interesse :vanaso@yahoo.fr merci cordialement vincenzo