Signes non pour être complet, non pour conjuguer / mais pour être fidèle à son ‘transitoire’ / Signes pour retrouver le don des langues / la sienne au moins, que, sinon soi, qui la parlera ? H.M.

21 mars 2008

Biftecks et sommiers


1 commentaire:

Phil a dit…

manger dormir - écrire cet effort stérile et continu, personne, rien, jamais, non pas raconter, mais jeter contre le froid de viande, écraser sans renoncer, sans que cesse.

xXx

Est-il plus belle chose que de vivre une vie d’immense courage et de laisser derrière soi les fleurs éternelles des victoires remportées ?

Certains ont des projets similaires. On entend des rythmes, des battements, on lit des fragments, des répétitions, on voit bien qu’il s’agit de poésie, de danse, de combat, et que ceux qui font ça, y croient. Certains hurlent, d’autres chuchotent, on distingue souvent les mots « réalité », « corps », mais personne n’est capable d’exprimer ce qui le pousse à répéter les mêmes phrases, à reproduire les mêmes gestes, jusqu’à l’écoeurement. Il nous est impossible de démêler cette pelote de cheveux, de salive, de tissu, de fouets, de cables, d'ondes, de lanières de papier. Il nous est impossible de restituer les choses, comme les paroles, à leurs propriétaires légitimes, puisque personne ne s’est encore montré suffisamment misérable pour revendiquer la première place, l’espace d’une tête d’épingle, mais piqué dans la vie elle-même...

D'où vient que, devant un tel lieu, apparaît toujours une silhouette de la taille d'un enfant, revêtue d'une tunique rose pâle et de chaussures blanches, comme le reflet grossier d'une pureté que nous ne pourrons jamais nous empêcher de haïr?